La bo?te cr?nienne grossi?rement gonfl?e
Par un instinct de sup?riorit? abus?.
Il marche debout pour para?tre plus grand,
toujours ? jouer au m?le dominant.
Voici l’homme, ce gosse g?t?, en chair et en os.
Devenu pr?dateur redout? fait de col?res et de pathos.
Un g?nie ? la pens?e ternie qui,
du haut de ses lauriers, rebalance le bl?me sur autrui.
Lunatique, plut?t d’un naturel arrogant.
S’il a invent? la roue c’est pour mettre des b?tons dedans.
Un primate d?sar?onn? depuis que de l’arbre il a chut?.
Les mill?naires d’?volution ne l’ont pas rendu plus avis?.
Otage du mode de vie qu’il s’est cr??,
il veut tout, tout de suite et r?colte avant de semer.
Obs?d? par l’envie de tout ma?triser,
Nettement moins int?ressant qu’il n’est int?ress?.
Et quelles que soient ses ambitions
ce n’est pas sa disparition qui emp?chera le monde de tourner.
Donc qu’on arr?te de toujours recentrer
l’univers sur le nombril de l’humanit?.

Le quotidien pour m?tronome, la religion pour opium,
la perfection pour ambition, l’instabilit? pour fondation.
Humain domptable, humain classable,
humain coupable de d?s?quilibrer l’?quilibre, de briser le fil.
Moins ivre d’?quit? que de bitume.
Humain pr?visible tant il est fig? dans son habitude.
Capable de vivre de quelques pi?ces, mais bien incapable de survivre en tant qu’esp?ce,
j’en mets ma main ? couper.
Putain d’humain, loup pour le loup et pour l’humain.
L’humain maintient l’humain dans sa l?thargie par du pain,
des jeux, des orgies. Ci-g?t l’humain.
De quadrup?de ? bip?de imberbe,
juste un long poil dans la main quand il s’agit de faire le bien.
L’humain passe et se ressemble, impasse pour l’ensemble humain.

L’humain passe et se ressemble, impasse pour l’ensemble humain. S’entasse et se rassemble, se contemple en surface,
mais dans le fond s’encrasse, tremble et s’efface.
Passe et se ressemble, impasse pour l’ensemble humain.
S’entasse et se rassemble, amorce d’une descente pour l’
humain, et fier de l’?tre,
plus rien ne l’arr?te dans son d?clin.

Au d?part, c’est le souvenir vague o? persiste
l’image d’une silhouette sombre aux contours flou?s :
un message subliminal en pictogrammes brouill?s,
une trame de fond ? d?coder.
Ind?tectable au radar,
allant m?me jusqu’? absorber le signal sonore,
donc insaisissable au sonar ;
presque inodore, c’est la discr?tion assur?e.

Ici le temps s’est arr?t? pour prendre le temps de poser son regard sur l’illusoire travers?e, d’une nu?e de pens?es transitoires qui semble ne plus avancer.
Juste un infime point noir perdu dans l’immensit?, sans fin ni d?but, d’une ?tendue glac?e et si dense, que le temps, lui-m?me, para?t atrophi?.

Un motif en filigrane ? demi effac?,
l’hologramme s’est ?vapor?.
C’est une extinction anticip?e dans l’espoir
de revoir le jour ? l’aube d’un soleil d’ivoire.
C’est un ?pisode passager
qui te laissera une sensation bizarre.
Mais cette amn?sie anecdotique ne sera pas l’?uvre du hasard
car un brouillard opaque vient troubler l’optique.

Ta ligne de conduite sera mise ? sac,
prendra une tournure oblique par le biais des diff?rentes ?tapes d’un c?r?monial qui d?fie toute logique, c’est le principe m?me du rituel initiatique.
Celui qui s’applique ? troubler ton sommeil, celui qui t’enseigne qu’il est possible de friser l’essentiel, celui qui t’am?ne ? briser tes mod?les et qui t’impr?gne de la symbolique universelle.

C’est un passage fugace,
une pr?sence ?ph?m?re ? l’?tat de traces.
Soul?vement de cristaux de glace
par des bourrasques qui viennent embrasser la visibilit? :
White out avant black out.
L’?il voil? tu resteras bouche b?e,
les zygomatiques crisp?s, alors
qu’on se sera ?clips? par une porte d?rob?e…


|| print lyrics || correct text || send link


This song lyrics was posted by Damien22



View all lyrics by X Makeena